Le même avion survole nos têtes

Nous dormons

Le même air traverse nos poumons

Tu es l'homme

Je suis la femme

J'aime la chaleur du regard

Le vrai regard

Croisé en août

Dans ton jardin

Inconnu et reconnu

Et je ne mets pas de mots

Sur la beauté qui est tienne

Car elle m'échappe