LNRBRTHR

05 septembre 2017

Souvenir

L'eau froide fleurit de son odeur

Soleil et champs

Vitre ambrée

Roussie comme le bon miel

Angiome stellaire

Abeilles tabagiques

De ma grand mère

De mon grand père

La cuisine fume et

Les couvertures grésillent

Avant la noirceur du conte et du rêve

Poussières et lumière filtrée flottantes étrangement fixes

Fenêtres grandes comme des portes ouvertes à l'aube

Avant le mot

Lilas et liserons

Myosotis

Posté par Lnrbrthr à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 août 2017

Manne

Entre la bignone et la fougère

Sous l'arbre

Dans les draps simples du ciel

Fermer l'oeil

Le rouvrir

Pour ne garder que le bleu

Intérieur et permanent

Des vrais cieux à chérir

Posté par Lnrbrthr à 22:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 juillet 2017

Capitale

Délitement perpétuel

Dénuement radical des coeurs

Dans des faims à peine palpables

Négatif lieu où toutes beautés creuses

S'appellent

Posté par Lnrbrthr à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2017

Chantereine

Le temps ne passe plus dans la maison de l'enfance

La sève froide des nuages s'écoule le long des vitres

Blancheur sourde du lit et de l'enseveli

Indolore lait du matin posé sur le visage

 

Posté par Lnrbrthr à 20:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2017

Printemps

Après la longue apnée

Après l'oubli

Névralgie poitrinaire

De tout début et de toute fin

Retour au chemin d'étrangeté

Pulsation tarie et souffle et Être

Perdus retrouvés dans le rêve

Dans le néant du rêve

Racines recueillies

Nécessairement

Dans le courant alternatif

De ma vie

De sa disparition

De ma vie

De sa disparition

Posté par Lnrbrthr à 14:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 mai 2017

On ne m'a pas abandonnée

Ni ma main la receleuse de Nihil

La géante orpheline

Et j'aime le passant le perdu l'exilé

Qui n'a plus de main à donner

Posté par Lnrbrthr à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dans l'accent du vieil homme

On entendait je crois

Un roulement lequel ?

Roucoulement du temps

Caramélisé sur la langue familière

Mais le timbre est perdu ne reste plus que l'air

Le grain brûlé du verre

Abeilles de beauté

Ravalées

Posté par Lnrbrthr à 21:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Assises sur le muret du potager

Nous rêvions à haute voix

L'enfant obscur que j'étais alors

Prenait la Lune pour témoin

J'égrenais les promesses de vie distraite

Comme ce chapelet de vigne précieuse

Au goût que ne retrouveront jamais

Mes mots, mêlés aux consonnes anisées

Du prénom « Elise » que ma cousine

L'enfant solaire prévoyait de donner

À sa fille imaginaire

Vigne hosties de promesses pleines

Rappelées à moi chaque Lune pleine

Fantômes d'un été

Jamais goûté

Posté par Lnrbrthr à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

J'ai traversé des champs d'émeraude inondés

Des forêts d'ombre

Le Léthé coulait le long des voies de chemin de fer

Posté par Lnrbrthr à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

À la main charitable et cruelle

Qui sous l'orage

M'a retenue dans mes multiples chutes

Posté par Lnrbrthr à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]